• Chercher, se renseigner 

Durant vos deux ans, vous serez amenés à chercher de l’information, que ce soit pour des formalités administratives ou pour votre formation académique. Il ne faut pas attendre les services et information. Dites-vous bien qu’il n’y aura personne qui viendra vous servir l’information jusqu’à votre porte. En prépa, on n’aime pas les fainéants. Bougez pour obtenir l’information.

Cela peut sembler un peu vague, mais je ferai, en guise d’exemple, référence à votre inscription en prépa. De mes souvenirs, c’est extrêmement pénible si l’on ne détient pas l’information, les dates limites, les documents demandés, … Pour avoir ces informations, il faut demander, personne ne vous recalera car cela est tout à fait de votre droit.

  • Eté 

Vous avez probablement vu votre nom dans la liste principale ou la liste d’attente de la prépa de votre région, et vous avez tranché quant au fait que vous voulez continuer vos études dans une Grande Ecole, et vous avez opté donc pour la prépa. Maintenant, tout est doit être fait pour réaliser le but ultime.

D’abord, commençons par parler un peu de votre classement. Par mon expérience, il n’y a pas de corrélation claire entre votre classement sur la liste principale/attente et la qualité de votre parcours en prépa. La raison étant que, le critère quantitatif utilisé pour déterminer votre classement d’entrée en prépa (à savoir vos notes bac, dotées de certains poids) n’a pas de conséquence directe sur votre prestation et travail en prépa. Et puisque ce sont ces derniers qui donneront les bons résultats en prépa, vous n’avez ni à vous inquiéter si vous n’êtes pas dans le top 20 de la liste principale ni d’ailleurs à croire que vous êtes déjà sur le toit du monde parce que vous avez eu un « bon » classement. J’ai personnellement vu des élèves qui étaient en liste d’attente ou dans le bas de la liste principale faire de très bonnes écoles parce qu’ils ont travaillé. Inspirez-vous d’eux !

Ensuite, il faut s’inscrire dans le centre que vous avez choisi. Utilisez vos, désormais, acquis sur la recherche d’information dont on a brièvement parlé tout à l’heure. Croyez-moi, ça ne sera pas une évidence.

😉

Enfin, vous vous demandez probablement si vous devez faire quoi que ce soit pour préparer votre entrée en lice dans le monde (miniature) de la prépa. La réponse à cette question est quasiment connue de tous, mais ma contribution ici sera de vous l’expliquer, comme souvent d’ailleurs : Il ne faut pas forcément travailler pendant l’été, parce que les premiers chapitres ne sont pas nouveaux pour vous et vous vous adapterez progressivement au rythme. En revanche, le travail qui peut être fait est la lecture des œuvres de Français. Vous devez impérativement lire vos œuvres, les comprendre et les annoter. Si vous n’êtes pas un amateur de la lecture, tout comme moi en début de prépa d’ailleurs (entre camarades du ténébreux club des flemmards, on se comprend  ), prenez une œuvre, celle qui vous intéresse le plus (il y a toujours une œuvre philosophique, un gros roman et un petit roman/ une pièce de théâtre dont les sujets s’inscrivent dans le thème de l’année que vous connaissez déjà probablement) et concentrez-vous sur celle-ci, lisez là et comprenez là de fond en comble, prenez des notes vous me remercierez pendant l’année. La lecture des œuvres est importante en première année uniquement parce qu’elle vous servira de matière dans vos entraînements à la dissertation. Et si vous n’apprenez pas à disserter en Sup, ça sera compliqué en Spé si vous n’avez pas déjà des talents innés, car vous avez d’autres chats, monstrueux possédant 7 vies, à fouetter dans d’autres matières.

Je récapitule : il faut faire un petit effort concernant la lecture des œuvres, mais tout autre travail n’est pas nécessaire et est à vos risques. En effet, la prépa est plus une épreuve d’endurance qu’une épreuve de rapidité. Il y aura, comme ce fut le cas depuis les premiers taupins il y a des siècles, des élèves ayant abordé certaines parties du programme en Maths et Physique. Si vous êtes de ces personnes, ne vous écroulez pas en fin d’année, vous le regretterez amèrement. Si vous n’êtes pas de ces personnes, que vous avez préféré dormir et manger pendant les vacances, vous ne risquez absolument rien, et ne laissez pas des personnes malveillantes vous intimider. La prépa se fait en deux ans, si des camarades choisissent de commencer un an avant, vous avez toujours quasiment les mêmes chances aux concours parce que deux ans c’est suffisant, et vous aurez les mêmes écoles et peut-être mieux quand d’autres auront mis en réalité trois ans ou plus. Si vous étiez en Sciences Physiques et que vous allez en MP, donnez vous quelques jours, pas plus, pour vous mettre à l’aise avec l’Algèbre Générale qui est connue de vos camarades Sciences Mathématiques.

  • Livres 

Normalement, vous devez avoir des cours, puis des TD pour appliquer votre cours et l’approfondir et ensuite des DM et DL pour aller plus loin. Mais aucun professeur, même ce professeur si expérimenté qu’on adore tous, ne peut vous faire parcourir tous les aspects d’une notion ou d’un chapitre parce qu’il n’en a pas le temps, et peut-être pas l’intention, dépendant du concours auquel il prépare votre classe. Ainsi, après avoir compris tout le cours du professeur et avoir cherché tous les TD du professeur dans le temps imparti, vous pouvez complémenter vos connaissances avec des bouquins. Mais ne faîtes pas dans le bachotage : il est inutile de résoudre tous les exercices de tous les livres, d’abord parce que c’est impossible vu le temps que vous avez, et ensuite parce que vous n’en avez pas besoin pour réussir vos concours (le but ultime). Pour réussir vos concours, il vous faut apprendre des méthodes de résolution, des façons de raisonner, réfléchir. Si à l’écrit vous pouvez échapper grâce au bachotage, à l’oral ça ne passera pas et vous serez très vite à découvert. Dites-vous bien que les écrits ne sont qu’une idée récente des Grandes Ecoles pour faire face au nombre grandissant de candidats, mais il y a des années, les concours ne se composaient que d’épreuves orales, car c’est justement les méthodes de réflexion des candidats qui intéressent les examinateurs, pas la quantité d’exercices qu’ils ont pu faire.

Pour choisir vos livres, je vous conseille de ne pas trop suivre les réputations : c’est du cas par cas. La meilleure technique pour choisir ses livres, c’est de les essayer : Empruntez le livre qui vous intéresse à la bibliothèque ou à un camarade, ou trouvez-en un extrait sur Internet, et essayez-le, travaillez dessus pendant un petit temps et regardez si la méthode d’exposer, de penser, de résoudre de l’auteur du livre vous convient parce que c’est celle-ci que vous copierez. Choisissez des livres qui soient dans votre niveau pour progresser. Il est illusoire de croire qu’on apprend à raisonner en travaillant sur Oraux X-ENS en Sup, je vous épargne le doute : c’est impossible, sauf si vous avez déjà des acquis de Sup avant la prépa, ce qui signifie qu’en quelque sorte vous n’êtes pas en Sup, dans ce cas là gardez ça pour vous et ne déstabilisez pas vos camarades qui eux sont physiquement et intellectuellement en Sup.