pic1

Pourquoi la prépa

Au sein des classes préparatoires, votre objectif sera d’intégrer des Grandes Ecoles en préparant les concours que vous passerez en deuxième année. Ainsi, tout ce qui est réalisé en termes de travail et tout ce qui est assimilé en termes de connaissances doit se faire pour réaliser la fin ultime : réussir les concours pour intégrer une grande école.

Cela semble évident, mais vous verrez qu’au cours de votre « périple », vous aurez besoin de repères pour vous remettre dans les rails du succès ; quoi de mieux que la raison principale pour laquelle vous êtes en prépa. En termes concrets, vous n’êtes pas obligés d’être premier à chaque DS, de faire tous les exercices de tous les TD, de faire toutes les annales d’un certain concours, … car cela ne préjuge en rien de votre réussite à un concours : ce qui compte, c’est le jour J.

Vous ne serez évidemment pas seuls dans cette préparation :

D’un côté, toute une équipe pédagogique (professeurs, surveillants, préparateurs TP, …) vous accompagnera, en principe, pour assurer un suivi continuel et un travail réalisé en constance, un rythme régulier : votre année sera divisée en trois trimestres, et chaque trimestre sera à base de cours dispensés par vos professeurs, puis des TD pour appliquer votre cours, des DM pour assurer votre travail à la « maison » et approfondir vos connaissances et des DL pour vous permettre d’aller plus loin, mais aussi des TP pour réaliser les protocoles expérimentaux de Physique ou de Chimie, et surtout des DS pour évaluer vos connaissances.

De l’autre côté, vous aurez des camarades qui eux aussi prépareront les concours, et souvent les mêmes que les vôtres. Veillez à ne jamais oublier ce côté de la préparation car ce sont ces gens qui vivront en interne avec vous, qui mangeront avec vous et qui étudieront avec vous. Gérer cet aspect collectif et social est extrêmement important pour votre réussite collective, et surtout personnelle pour réaliser le but ultime. Cette partie est si importante qu’elle mérite un autre chapitre.

Un mot sur la dualité Altruisme-Compétition

Un concours est un examen souvent en deux temps : épreuves écrites puis épreuves orales. A l’issue de ces épreuves, on vous accordera des notes qui seront additionnées suivant certains coefficients et qui donneront une moyenne finale. Un classement est ensuite effectué. Le nombre de places étant fini, chaque école s’assurera de remplir ses places pour les nouveaux entrants voie CPGE. En conséquence, le concours vous met en compétition avec d’autres personnes. Cela ne doit pas vous induire en erreur.

Les avis sont extrêmement divers sur ce point, mais je vais m’assurer d’argumenter pertinemment le mien : N’allez pas croire que si vous n’aidez pas un camarade dans un exercice, que si vous ne lui fournissez pas une certaine information sur l’inscription (ou toute autre tentative malicieuse et indigne du niveau intellectuel auquel on s’attend d’un élève en prépa), alors vous gagneriez une place dans le classement : c’est faux, et c’est quelqu’un qui a passé tous les concours que vous pouvez imaginer et qui les a tous réussi qui vous le dis.

En réalité, il y a de la place pour tout le monde. Il y a suffisamment de grandes écoles, et celles-ci ont globalement suffisamment de cursus, et celles-ci ont suffisamment de places pour accueillir l’ensemble des étudiants en CPGE, et peut-être même deux promotions confondues.

Si vous vous entêtez et visez strictement un seul concours, au risque de vous pénaliser quant au but ultime, l’altruisme est toujours de rigueur. En effet, quand je vous demande d’être altruiste, je ne m’attends pas à ce que vous envoyiez vos notes de cours ou vos astuces en Arithmétique à tous les élèves de prépa, non. De toute manière, vous n’êtes en contact qu’avec les élèves de votre centre. A défaut de respecter tous les centres, je vous demande d’être extrêmement solidaires avec les élèves de votre centre en premier lieu, et surtout les élèves de votre classe. D’abord, même pour les concours les plus sélectifs (l’Ecole Polytechnique prend une quarantaine d’élèves internationaux toutes filières confondues), il y a de la place, théoriquement, pour toute votre classe, c’est un fait. Ensuite, vous avez tout à gagner dans le partage, parce que pour recevoir il faut donner. Personne ne détient le monopole de l’information, on a tous cette personne qui nous a donné ce conseil ou cette astuce au bon moment, et qui l’a lui-même eu d’un autre camarade. Vous verrez que vous aurez tous plein de ressources en partageant les vôtres avec vos amis, croyez-moi c’est une force inimaginable. Ensuite, travaillez ensemble : Seul on va plus vite, mais à plusieurs on va plus loin. Et c’est très précisément en prépa qu’il faut aller le plus loin, car la vitesse n’est pas réellement une contrainte puisque vous serez encadrés par des professeurs qui donneront le rythme. Pour vous convaincre davantage, si vous êtes du genre à penser que les prépas Parisiennes sont excellentes, parce que c’est effectivement le cas, je vous fais une surprise : certaines prépas ont des forums où élèves et professeurs partagent, et c’est en réalité cela leur succès, ce ne sont pas des graines magiques qu’ils donnent à leurs élèves.

En conclusion, il est tout à fait possible d’être en compétition avec ses camarades tout en leur donnant et partageant. La compétition et l’altruisme ne sont pas répulsifs, et votre succès passera, que vous le veuillez ou non, par le soutien des autres. J’espère de tout mon cœur que cette partie, écrite avec émotions, vous inspirera à partager avec vos camarades et à vous éviter des tensions inutiles et nuisibles à votre succès. Pour un premier pas, commencez par partager ce site…

citation-altruisme-520x245